Cédric au Congo

Cédric Kalonji

10 / 178 résultat(s) - page 9 / 18

Dim. Lun. Mar. Mer. Jeu. Ven. Sam.

01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29

Auteurs

Ordre

Nouvelle adresse pour ce Blog

Ce Blog a déménagé.

Nouvelle adresse : http://www.congoblog.net.



5 6 7 8 9 10 11 12 13

Dimanche 12 novembre 2006

Le paradis se trouve ailleurs qu’au Congo.

Il y a plein d’affiches comme celle-ci dans toute la ville depuis quelques semaines. Elles attirent beaucoup l’attention des Kinois qui pensent que c’est mieux pour eux de partir du pays. J’ai déjà discuté plusieurs fois du sujet avec des jeunes de mon quartier. Pour eux, "comme rien ne marche dans le pays", C’est préférable de partir en aventure à l’étranger pour tenter sa chance.

Je reçois souvent mails et coups de fil de certains amis qui étaient à l’école avec moi qui vivent actuellement à l’étranger. Ils m’invitent à partir et lorsque je leur réponds que je préfère rester pour le moment au pays pour tenter d’apporter ma contribution pour le changement, ils me découragent et me disent même que je dois cesser de rêver.

Plusieurs personnes mal intentionnées profitent de cet état des choses pour se faire de l’argent en arnaquant ces gens aveuglés par leur rêve de partir du pays. On a parlé longtemps à Kinshasa du "phénomène Ngulu". Certains musiciens faisaient payer une certaine somme aux candidats pour les faire voyager en les faisant passer pour des membres de leurs orchestres.

Il y en a qui ont pu voyager par cette voie mais ils sont nombreux à avoir payés qui ne sont jamais partis et qui ne se feront jamais rembourser leur argent.

A mon avis cette situation appauvrit d’avantage le Congo qui se retrouve dépourvu de ses cerveaux qui vont servir ailleurs. Que faire pour arrêter ça ?

Posté par Cédric Kalonji | 12 novembre 2006 12:53:29 | Commentaires (33)

Samedi 11 novembre 2006

Journée mouvementée. Coups de feu dans la ville de Kinshasa.

J’ai reçu hier soir un SMS d’un ami qui me prévenait qu’il y aurait peut être des troubles dans le centre ville aujourd’hui. Ce matin je suis sorti pour faire des courses et lorsque je suis arrivé à la place de la gare centrale, j’ai appris que ça bougeait un peu avec les Shégués à proximité de la résidence du vice-président Jean-Pierre Bemba. Comme d’habitude, je suis allé en courant pour faire des photos.

Arrivé sur place ce n’est pas des Shégués que j’ai vu mais plutôt plein d’hommes armés à moitié nus et ça tirait de partout. Je n’ai même pas pu faire une seule photo tellement j’ai eu peur. Je suis vite parti de là mais à ma grande surprise, lorsque je suis arrivé à Kintambo tout était tranquille et les gens vaquaient normalement à leurs occupations.

Il y avait même plusieurs camions remplis d’étudiants de l’ISTA (Institut supérieur des techniques appliquées) qui sortaient du stade des martyrs après la cérémonie marquant l’obtention des diplômes. Ces étudiants semblaient ne pas du tout se soucier de ce qui se passait dans le centre-ville.

C’était pareil le jour de la publication des résultats du premier tour des élections présidentielles. Ça tirait dans la commune de la Gombe alors que partout ailleurs c’était tranquille.

Ce soir la situation s’est calmée. Il y a des taxis qui vont vers le boulevard alors qu’il n’y en avait pas tout l’après-midi. J’espère que la vie va reprendre normalement lundi pour permettre à tous ces kinois qui vivent du jour au jour de sortir se débrouiller pour trouver leur pain quotidien.

Posté par Cédric Kalonji | 11 novembre 2006 21:08:38 | Commentaires (13)

Dimanche 29 octobre 2006

Second tour de l’élection présidentielle et élections provinciales au Congo.

Deuxième tour de l'élection présidentielle et élections provinciales aujourd’hui. Il fallait pour la présidentielle choisir entre deux candidats : Joseph KABILA l’actuel président de la république et Jean-Pierre Bemba vice-président dans le gouvernement de transition. Pour les provinciales, il fallait choisir parmi plusieurs candidats.

Dame a pluie a arrosé toute la nuit et une bonne partie de la journée la ville de Kinshasa mais cela n’a pas empêché aux kinois de sortir nombreux pour aller accomplir leur devoir civique.

J’ai pu sillonner plusieurs bureaux de vote dans la ville de Kinshasa juste pour voir comment les choses se passaient. Le matin, j’ai fait un petit tour dans commune de la Gombe dans le bureau de vote où devait voter le président Kabila. Plein de journalistes congolais et étrangers étaient présents et c’était la bagarre pour avoir la meilleure image. J’ai pu faire quelques photos avec un vieil appareil photo à film que m’a prêté un ami pour la journée. C’était un peu difficile pour moi qui ai toujours fait du numérique mais cela m’a permis quand même d’expérimenter la photo argentique.

Je me suis également rendu dans le bureau dans lequel devait voter le vice-président Bemba. Là aussi j’ai fait quelques photos et juste après, je suis moi-même allé voter. Le bulletin de vote pour la présidentielle était bien plus petit que lors du premier tour. J’ai photographié le mien vite fait avec mon téléphone juste avant de voter.

Je ne pouvais pour rien au monde manquer cette occasion. Ce n’est pas tous les jours qu’on vote au Congo… Je me doute bien que vous vous posiez la question de savoir pour qui j’ai voté mais je sais aussi que vous devez parfaitement savoir que ce n’est pas une très bonne idée pour moi de le dire. Je garde donc le secret en espérant que vous n’allez pas m’en vouloir.

Ce soir je suis allé voir comment le dépouillement se déroulait dans un bureau de vote pas loin de chez moi à Kintambo. Je peux en conclusion dire que le scrutin s’est bien déroulé malgré quand même quelques incidents signalés par la Commission électorale indépendante (CEI). Il a été constaté par exemple que certaines localités ont reçus des carnets de bulletins de vote appartenant à d’autres circonscriptions. C’est le cas à Boma, Matadi, Luozi, au Nord-Kivu et dans le Bandundu. A Bikoro dans la province de l’équateur ce sont deux bureaux de vote qui ont été pillés par des inconnus armés.

Ce soir la ville de Kinshasa est tranquille. Les gens doivent se reposer après avoir pas mal dansés et chantés pendant la période de campagne. Nous attendons donc les résultats et comme tous les congolais, je souhaite que les choses se passent bien.

Posté par Cédric Kalonji | 29 octobre 2006 23:55:07 | Commentaires (7)

Samedi 28 octobre 2006

J'ai perdu mon appareil photo.

Hier j’ai été informé sur des possibles manifestations  à la FIKIN (Foire Internationale de Kinshasa) et comme d’habitude, je suis allé en courant avec un autre ami photographe pour faire des photos. Arrivés sur place, il n’y avait rien. Sur le chemin de retour dans le taxi, j’ai perdu mon appareil photo qui m’a pourtant aidé à faire plein de trucs dont mon Blog.

Mon CANON IXUS 55 s’en va après un peu plus d’une année de loyaux services. Je ne suis pas en mesure de m’en procurer un autre tout de suite. Je dois donc devoir économiser pour m’en procurer un autre.  Je crois que je vais prendre cette fois-ci le CANON DIGITAL IXUS 850 IS.

Patience chers lecteurs, je reviendrai avec mes photos et mes chroniques dès que j’aurai trouvé un autre appareil.

Posté par Cédric Kalonji | 28 octobre 2006 11:49:14 | Commentaires (13)

Mercredi 25 octobre 2006

Mon Blog sur PURE FM.

Je suis tombé un peu par hasard en faisant une recherche sur Internet sur le Blog de l’émission Pure Blog de la radio Belge PURE FM. J’ai envoyé un mail à Cédric Godart le présentateur, il m’a écrit et invité à participer à son émission.

Je suis le premier africain à participer à cette émission. C’était trop cool. Vous pouvez télécharger le podcast de l’émission en cliquant ici. Merci Cédric Godart.

Posté par Cédric Kalonji | 25 octobre 2006 17:47:14 | Commentaires (10)

Lundi 16 octobre 2006

Vive la saison des pluies.

La saison des pluies est enfin là. Il a plu ce matin et en sortant de chez moi je me suis rendu compte que les principales rues de la ville étaient inondées. La pluie est sûrement une bénédiction mais certainement pas pour les kinois qui ont dû nager aujourd’hui pour se rendre à leur lieu de travail.

Les Grosses flaques d’eau, la boue et les embouteillages sont donc de retour. Tout ça commençait un peu à me manquer. Il fallait bien s’y attendre de toute façon. La saison sèche ne dure que trois mois.

Je sais nager donc je survivrai mais j’ai juste pitié de tous mes frères et sœurs qui ne savent pas le faire. J’espère qu’il n’y aura pas de noyades.

Posté par Cédric Kalonji | 16 octobre 2006 16:24:40 | Commentaires (16)

Vendredi 13 octobre 2006

Enfants de la rue. Force politique au Congo ?

Ils y a environ deux semaines, plusieurs enfants de la rue se sont fait arrêter par la police. Quelques jours avant, ils avaient paralysés toute une journée les activités au centre ville. Ils disaient alors protester contre l’incendie du siège des chaînes de télévision et de radio du vice-président Jean-Pierre Bemba. J’étais dans la rue ce jour-là et j’ai vu de mes propres yeux, des shégués ériger des barrages en ville et exigeant de l’argent aux conducteurs avant de passer.

Ils ont été relâchés quelques jours plus tard et je vois depuis sur le boulevard du 30 juin des banderoles un peu particulières. Celle que j’ai pu photographier dit : « Biso ba shégué toboyi Manipulation. Toboyi tozala ba victimes. Traduction : Nous les shégués ne voulons pas de la manipulation et nous refusons d’être des victimes.

Surprenant quand même de voir que ces jeunes de la rue qui n’ont qu’une obsession : trouver de quoi manger, se couvrir et un endroit pour dormir se mettent à dépenser de l’argent pour imprimer et afficher des banderoles. Est ce vraiment les shégués qui ont eu l’initiative ?

« Nous ne voulons pas être des victimes », ne le sont-ils pas déjà ? Je suis bien curieux de savoir qui a financé l’impression de ces banderoles… Je suis persuadé que je n’aurai pas à chercher bien loin. Les politiciens y sont pour quelque chose, c’est sûr.

Personnellement je trouve répugnant qu’on se serve des noms de ces jeunes victimes de l’injustice sociale à de fins de propagande. Les shégués seraient-ils devenus une force politique? N’y a-t-il vraiment rien à faire pour les sortir de la situation précaire dans laquelle ils se trouvent ? Devons-nous les accepter comme tel et nous dire que c’est normal? Autant de questions sans réponses…

Posté par Cédric Kalonji | 13 octobre 2006 19:45:33 | Commentaires (10)

Vendredi 06 octobre 2006

Patrouilles de la force européenne (EUFOR) à Kinshasa.

Ce n’est plus étonnant de les voir dans leurs beaux chars arpenter jours et nuits les principales rues de Kinshasa. Ce matin en sortant de chez moi, j’ai encore croisé une colonne de chars de la force Européenne EUFOR en patrouille.

La majorité des kinois ne savent pas vraiment pourquoi ils sont là mais jusque là je n’ai jamais noté de signe de quelconque hostilité à leur présence et je pense que c’est en partie parce qu’ils ont souvent un beau sourire et plusieurs fois j’ai vu ces soldats descendre de leurs véhicules pour serrer la main aux enfants de rue (Shegués).

Certains Kinois pensent même que c’était grâce à leur intervention que s’étaient arrêtés les affrontements du 20 au 22 Août opposant la garde du président Joseph Kabila à celle de son adversaire au deuxième tour des élections présidentielles et vice-président Jean-Pierre Bemba.

Cependant, un drone de la force européenne s’est écrasé mardi 03 octobre dernier à Kinshasa, non loin du stade des martyrs tuant une personne et en blessant deux autres. Les causes de cet accident n’on toujours pas été élucidées. C’est le deuxième avion sans pilote de l’EUFOR qui s’écrase comme ça dans la capitale.

La patrouille de l’EUFOR n’est pas la seule à Kinshasa. Il y en a une de la MONUC avec les policiers congolais et la police européenne EUPOL. Imaginez l’ambiance avec tous ces chars qui circulent régulièrement dans la ville. Excitant non?

Posté par Cédric Kalonji | 06 octobre 2006 14:47:55 | Commentaires (5)

Mercredi 04 octobre 2006

Les petites boutiques de dépannage. Un business qui prend de l'ampleur au Congo.

Les kinois et Congolais connaissent surement le mot « Ligablo » qui désigne ces petites boutiques sur table en plein air que l’on trouve dans pratiquement tous les coins de rue de Kinshasa mais aussi de plusieurs villes du Congo. On y trouve un peu de tout : Cigarettes, boites de conserve, biscuits, bonbons, lait, savon,…

Pour ces commerçants, c’est un moyen de survie et pour leurs clients, dont je fais partie, c’est plus simple d’acheter un truc dans une petite boutique juste au coin de son avenue plutôt que de faire une longue distance pour trouver un grand magasin.

Ce business doit sans doute être assez lucratif. La Ligablo de la photo se trouve juste devant chez moi. Elle appartient à un jeune garçon qui arrive à financer ses études avec le petit bénéfice qu’il arrive à se faire. Pendant qu’il est à l’école, c’est sa sœur ou sa mère qui tiennent la boutique. Sa sœur vient d’ailleurs d’ajouter une machine à Pop-corn flambant neuve de fabrication congolaise.

Posté par Cédric Kalonji | 04 octobre 2006 18:51:19 | Commentaires (10)

Lundi 02 octobre 2006

L’eau devient une denrée rare au Congo.

Ça fait trois jours que l’eau ne coule pas des robinets chez moi. Nous sommes obligées d’aller nous approvisionner en eau dans un autre quartier et ce, moyennant une certaine somme. Je ne pense pas être le seul à me retrouver dans cette situation parce que dans plusieurs quartiers de Kinshasa, il y a ce problème.

J’ai acheté plusieurs récipients qui me permettent de stocker de l’eau les rares jours ou elle veut bien couler. Cela me permet de tenir les jours de pénurie.

Ceux qui ont la chance de voir l’eau couler de leurs robinets tous les jours, se sont lancés dans la vente. Un bidon d’un litre à 100 francs congolais ou encore un seau de 15 litres à 200 francs. Ce commerce est quand même fructueux pour ceux qui le font.

Des précautions s’imposent donc pour se protéger de ceux qui ne veulent pas ou qui n’ont pas les moyens de payer et qui préfèrent sortir tard dans la nuit pour se servir gratuitement chez les autres…Une bonne boite en métal bien fermée à l’aide d’un cadenas fait l’affaire.

Ce problème est loin d’être un problème Kinois parce qu’au mois d’avril lorsque j’étais à Bukavu dans le Sud-Kivu, je vivais la même histoire.

Posté par Cédric Kalonji | 02 octobre 2006 20:13:48 | Commentaires (6)

5 6 7 8 9 10 11 12 13