Cédric au Congo

Février 2006

10 / 11 résultat(s) - page 1 / 2

Dim. Lun. Mar. Mer. Jeu. Ven. Sam.

01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31

Auteurs

Ordre

Nouvelle adresse pour ce Blog

Ce Blog a déménagé.

Nouvelle adresse : http://www.congoblog.net.



Mercredi 01 mars 2006

Kinshasa redeviendra-elle un jour la belle?

Avant-hier je suis resté tard dans le centre ville et pendant que j’attendais un taxi pour rentrer chez moi, Il était 23 h 30 et j’ai aperçu de jeunes qui s’affairaient au nettoyage du boulevard du 30 juin.

Ça faisait des années que je n’avais pas vu ça… Le nouveau gouverneur semble plus que ses prédécesseurs décidé à rendre sa beauté à la ville de Kinshasa.

Ces jeunes qui pour la plupart étaient des Shégués (Enfants de la rue comme on les appelle) ont trouvé une activité génératrice de revenus. Je me suis renseigné et j’ai appris qu’ils sont payés 15 000 Francs Congolais, environ 30 dollars américains… Ce n’est pas le meilleur salaire du monde mais au moins ils se rendent utile à la société tout en se faisant un peu d’argent alors que jusque là la plupart ont vécu de la mendicité et des vols.

Au même moment, je voulais me débarrasser de mon pot de riz au lait que je venais de finir de manger mais je n’ai vu aucune poubelle dans le périmètre. Il a fallu que je mette le pot vide dans mon sac pour le ramener chez moi.

Ce qui est dommage c’est que les kinois ne se soucient pas beaucoup de la propreté de leur environnement; un autre à ma place aurait tout simplement jeté ce pot par terre sans se soucier des conséquences de son geste. Un jour a bord du même taxi que moi, une demoiselle a balancé par la fenêtre le pot de yaourt vide qu’elle venait de finir … J’ai essayé de lui dire que c’était mal de faire ça et elle m’a répondu okanisi yo nde okobongisa mboka yango? (Crois-tu que c’est toi qui vas changer ce pays ?). Elle trouvait donc normal ce geste.

Et puis, Kinshasa va au delà de la commune de la Gombe… Il faudra bien penser à faire la même chose dans toutes les communes de la ville et pourquoi pas dans toutes villes du pays.

Ce que je pense c’est que si tous les kinois s’y mettent, on pourra peut être dans quelques années parler de Kinshasa la belle…

Posté par Cédric Kalonji | 01 mars 2006 11:49:19 | Commentaires (9)

Lundi 27 février 2006

Dollar américain, monnaie nationale en RDC

A Kinshasa, le dollar américain est la devise de référence. Il arrive souvent que vous vous rendiez dans un marché, que vous demandiez le prix d’un article et que le commerçant vous donne le prix en dollar…

Je suis sorti il y a quelques semaines pour un week-end avec des amis à environ 180 Kilomètres de Kinshasa. BOMBO LUMENE comme il se fait appeler est un site de l’ICCN, L’institut congolais pour la conservation de la nature. Nous avons passé un bon week-end loin de la civilisation mais avant de partir, nous devions payer le droit d’accès au site et pour la case dans laquelle nous avons dormis.

Nous devions payer 50 dollars américains… j’aurai préféré recevoir une facture de 16500 francs Congolais mais c’est toujours en dollar qu’il faut payer…

Tout se paie en dollar; les frais scolaires ou académiques, les loyers et tous les autres articles.

Il arrive que j’oublie que c’est le franc Congolais la monnaie de mon pays… je préfère et je ne pense pas être le seul avoir dans les poches des dollars plutôt que de francs Congolais.

On devrait peut être changer et avoir les dollar congolais à la place des francs congolais...

Posté par Cédric Kalonji | 27 février 2006 02:15:48 | Commentaires (2)

Mercredi 22 février 2006

Devenir patron chez moi n'est pas bien compliqué

Une table, un parapluie, un téléphone mobile et vous voila patron d’une cabine publique…

Posté par Cédric Kalonji | 22 février 2006 09:17:28 | Commentaires (1)

Samedi 18 février 2006

Article 15

Cette fillette, je la vois presque tous les jours aux alentours de la MONUC où je travaille. Je l’ai observé pendant longtemps mais un jour je me suis approché d’elle et j’ai un peu  discuté avec elle. J’ai appris qu’elle avait 15 ans, qu’elle ne pouvait pas aller à l’école parce que ses parents n’ont pas de quoi lui payer les études … C’est elle l’aînée et elle doit faire ce que les Kinois appellent Article 15 (se débrouiller). Elle vend de fruits pour aider ses parents à nourrir ses jeunes frères et sœurs.

Il y en a plein et même plus jeunes qu’elle qui sont obligés de travailler pour vivre ou faire vivre leurs familles. Il y en a même qui vont jusqu’à se prostituer… Pas loin de chez moi, à Kintambo magasin, il y a un marché de jeunes prostituées âgées entre 12 et 17 ans… d’après les informations que j’ai, elles se font payer entre 400 et 1000 francs Congolais (1$ = 435 Francs Congolais) par leurs clients qui ne sont pas toujours jeunes comme elles…

Posté par Cédric Kalonji | 18 février 2006 22:36:41 | Commentaires (1)

Vendredi 17 février 2006

Femme Congolaise

Qui a dit que les femmes étaient faibles ? La réalité chez moi au Congo dit tout le contraire. Selon la tradition dans les pays africains les femmes sont au service des hommes. Elles doivent donc s’occuper du ménage et les hommes sont censés travailler pour les entretenir.

Avec la réalité des choses actuellement, c’est la tendance inverse qui s’observe. Avec la crise que traverse le pays, plus de boulot pour les hommes, c’est aux femmes en plus de leurs taches ménagères de travailler pour nourrir la famille.

Elles sont capables en plus de tous les boulots que les font les hommes de créer une petite activité informelle pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Le matin, il y en a une qui vient me vendre du pain devant la porte de ma maison ; il y en a une autre qui vient tous les week-end me vendre du poisson frais. En sortant de chez moi pour aller travailler, elles sont nombreuses au petit marché de Kintambo Magasin à vendre du poisson, des légumes et plein d’autres articles… 

J’ai vraiment beaucoup de respect pour celles que je préfère appeler mamans parce que ce sont elles qui font vivre nos familles… Que deviendrait le Congo sans elles ?

Posté par Cédric Kalonji | 17 février 2006 13:47:40 | Commentaires (1)

Mercredi 15 février 2006

Nous savons recevoir nos visiteurs.

J’ai cru rêver en voyant des travailleurs de la société SAFRICAS faire quelque chose comme réparer la route qui quitte Kintambo magasin pour le centre ville.

Je me frotte les yeux… c’est vrai, la route est en train d’être refaite. Les nids de poules sont bouchés, les bordures repeintes et il y a même de jeunes shégués (Enfants de rue) qui balayent les abords de la route.

Je suis allé tout content travailler en me disant au fond de moi-même « Ah enfin on pense a refaire une beauté à la ville». 

A mon retour du travail vers 22 heures, il y avait toujours nettoyeurs et peintres sur la route. Là je me rend à l’évidence qu’il y avait quelque chose d’inhabituel… Ce n’est pas tous les jours qu’on refait une route de Kinshasa jusqu’à pareille heure. Je cherche à en savoir plus et j’apprendrai que la ville de Kinshasa allait recevoir samedi 18 Février prochain pour la cérémonie de promulgation de la nouvelle constitution, plusieurs dirigeants africains dont le roi Marocain Mohamed VI, le président Sassou-Nguesso du Congo Brazzaville, le président Eduardo dos santos d’Angola, le président Omar Bongo du Gabon et le président Thabo Mbeki d’Afrique du sud.

C’était la clef de l’énigme et ce n’est pas la première fois que ça se passe de la sorte. Je me souviens qu’au  mois de mai de l’année dernière, c’était pareil lors de la venue à Kinshasa du président Sud-africain Thabo Mbeki. Toutes les routes par lesquelles il allait passer avaient été refaites en un clin d’œil.

Même histoire aux alentours du cimetière de la Gombe où devait être inhumée Mama poto; Une dame très connue, patronne de la deuxième plus grande usine de fabrication de pain de Kinshasa ayant de liens avec le président Sassou-Nguesso du Congo Brazzaville.

Très souvent quand les travaux de réfections de routes traînent, la raison évoquée c’est le manque d’argent mais je suis un peu surpris de voir qu’il y a toujours de l’argent pour les refaire lorsque nous avons de la visite.

Je pense donc que si nous recevons un peu plus de visites du genre, la ville de Kinshasa et toutes les autres villes du pays retrouveront leur propreté. Dommage que les visiteurs ne s’arrêtent le plus souvent qu’à Kinshasa… Les habitants de Bukavu seront sans doute contents de recevoir une visite parce que la route quittant l’aéroport et menant au centre ville à grand besoin d’être refaite. Je ne pense pas que ceux de Kindu qui n’ont quasiment aucune route en bon état dans toute la ville refuseront une visite…

Posté par Cédric Kalonji | 15 février 2006 11:22:15 | Commentaires (5)

Lundi 13 février 2006

Chuuut!!! Un peu de discrétion

J’ai reçu une réaction par rapport aux images que je publie sur mon Blog :

Aimee Ilunga aimeeilunga@yahoo.fr
Date: 11 févr. 2006 17:31
Objet: mon indignation....soyons positifs


Salut cher internaute,
On ne se connaît pas mais j’ai eu à voir tes images par faire suivre de la part de ma soeur...

Il y a une année que j’ai quitté Kinshasa et je vis actuellement au Canada. Je suis sincèrement indignée que tu aies à présenter les situations négatives que traverse notre pays sur Internet...Tu ne sais pas qui le lira et que seront les commentaires...imagines un moment que les image que tu véhicule pour ton propre pays même si cela est vrai… Tu nous humilies... Cette situation est vraie mais je pense que le mieux que l’on puisse faire c’est de chercher tant soit peu à contribuer à changer cette situation que de se plaindre et de condamner ceux qui ont la charge présente du pays.

Par ici où je vis, je vois comment et combien les gens aiment leur pays....chacun dans son domaine et dans son coin met la main dans la patte...

L’environnement ou la salubrité de la ville est une affaire de chacun de nous. D’ailleurs je t’apprends que mon mémoire de licence a porté sur la gestion urbaine de la ville de Kinshasa. Parmi les recommandations les plus majeures, j’avais souligné (il y a de cela 8ans que j’ai terminé), la participation de la population... Si l’on peut reprendre le système SALONGO... Ou créer d’autres systèmes qui responsabilisent la population.

Je ne sais comment tu le prendras mais je ne souhaite pas que les congolais exposent mal leur pays à l’étranger...tu ne sais pas quelle image tu véhicules auprès des occidentaux. Nos amis les asiatiques ne le font jamais....A leur télé tout comme sur TV5, on ne montre que le cote négatif, la pauvreté... au point où tous les blancs pensent de même ....en aucun moment ils imaginent que chez nous il y a des gens qui vivent mieux que chez eux... Moi, je peux le témoigner... Le jour où l’état sera responsable dans la distribution juste des revenus, nous vivrons comme eux... Ce ne sont pas les moyens qui manquent mais plutôt la volonté.

Aussi, il y a une chose que tu dois savoir, les gens sont honnête et payent leur impôts et taxes par ici. Je sais que pourquoi chez nous nous refusons de le payer.

Si tu veux discuter on pourra en parler... Je dois te lâcher car j,ai des courses à faire.

Merci 
Aimée

Ce que je pense moi, c’est que je ne rends pas service à mon pays en cachant ce qui se passe réellement. Le pays va vraiment mal et je pense qu’il faut déjà le reconnaître et en parler et ensuite trouver de solutions pour le sortir de la crise qu’il traverse.

Je ne condamne personne mais à mon avis il faut un éveil de conscience de tous les Congolais. Nous devons nous dire que nous seuls pouvons faire que notre pays se rélève.

Posté par Cédric Kalonji | 13 février 2006 14:03:30 | Commentaires (21)

Vendredi 10 février 2006

Taxis vélos

J’ai déjà parlé du transport en commun à Kinshasa avec de taxis en mauvais état mais dans certains coins du pays, en plus de l’absence de bus Il n’y a même pas un seul Taxi.

Lorsque je me suis rendu pour la première fois dans la ville de Mbandaka à Environ 700 Km au nord de Kinshasa, j’ai été surpris de constater qu’il n’y avait que des vélos comme taxis. Les Tolekistes sont ces gens qui embarquent sur leurs vélos de clients moyennant une somme allant de 100 à 300 Francs Congolais (1$ américain = 430 Francs Congolais) selon la distance.

Le client se pose sur le porte-bagages aménagé en siège. J’ai pu rencontrer un des tolekistes, qui a 25 ans et qui a une femme et deux enfants. J’ai discuté avec lui celui-ci et il m’a parlé en détails du travail qu’il fait.

Il se lève très tôt le matin et commence le plus souvent à 6 heures du matin. Il parvient à réunir jusqu’à 6000 francs par jour mais avec nos amis les policiers qui guettent, il faut prévoir de quoi les soudoyer ce qui fait qu’il se retrouve avec 3000 ou 4000 francs par jour juste assez pour nourrir sa famille.

Autres problèmes qu’il rencontre en dehors des tracasseries policières c’est les clients insolvables, le manque de pièces rechange…

Il m’a raconté qu’il s’est fait ravir une fois par un policier de roulage son vélo deux jours. Ce policier a gardé ce vélo à son domicile et a exigé une somme de 10 000 francs pour le lui rendre.

En lui posant la question de savoir ce qu’il avait comme projet pour l’avenir, mon ami tolekiste a eu du mal à me répondre. Cela laisse voir que l’avenir est sombre pour ce jeune Congolais qui comme beaucoup d’autres ne demandent que l’amélioration des conditions sociales.

Posté par Cédric Kalonji | 10 février 2006 17:37:57 | Commentaires (10)

Mardi 07 février 2006

Il était temps

Je lui ai consacré un poème il y a quelques jours et alors que j’étais en vacances, je me suis retrouvé par hasard à mon lieu de travail et imaginez ce que j’ai vu… Un camion qui débarrassait ma poubelle bien aimée de sa charge. Il est en retard d’un mois mais au moins la poubelle est débarrassée de sa charge et ça sent moins le pourri dans le coin.

Posté par Cédric Kalonji | 07 février 2006 17:18:53 | Commentaires (0)

Dimanche 05 février 2006

A quel camp appartenez-vous ?

La société dans laquelle je vis est divisée en deux groupes. Les chrétiens très religieux, et les pas pratiquants du tout.

Les religieux estiment que les non pratiquants (ceux qui fument, absorbent de l’alcool ou qui côtoient les bars et boites de nuit) sont des adeptes du diable, qu’ils iront en enfer et qu’il n’est pas bon pour eux les saints de les côtoyer.

Même à la télévision il y a les chaînes religieuses et les chaînes « profanes ». Avec cette réalité, je suis souvent surpris de voir les deux ensembles comme sur ces affiches publicitaires avec au dessus la publicité de la bière SKOL et juste en dessous la publicité d’un « festival de des guérisons miracles ».

Avec la crise politique et sociale qui ronge le Congo, le chômage est à son point le plus culminant. Chacun choisit le moyen qu’il trouve le meilleur pour s’en sortir. Les chrétiens s’accrochent aux promesses de la bible et comptent sur un miracle pour trouver un boulot ou trouver un mari pour les femmes. Les églises les plus populaires sont donc celles où les pasteurs prêchent « la prospérité » et les miracles.

Comment bénéficier d’un miracle? C’est simple… Semez (donnez de l’argent au pasteur), il priera pour vous et vous récolterez plus que ce que vous avec semé… vous voulez un boulot ? Plus vous donnez, plus vous avez des chances d’en trouver un bon.

Le pasteur dans tout ça ? Eh bien il s’achète une belle villa et une belle Mercedes avec l’argent ainsi récolté. Le demandeur de miracle garde la foi et attend et souvent très longtemps son miracle qui ne viendra jamais.

Les congolais croient tellement fort aux miracles que bon nombre de pasteurs viennent du monde entier au Congo pour prêcher la « bonne nouvelle » et en même temps se faire un peu d’argent.

A quel camp j’appartiens ? Je dois réfléchir pour répondre mais je sais que je n’ai pas envie de partager mon fric avec un gars qui va s’enrichir sur mon dos.

Posté par Cédric Kalonji | 05 février 2006 13:37:43 | Commentaires (14)

1 2